Accueil > Réalisation > Constructions des membres du club > La Petite Iroise

La Petite Iroise

samedi 13 avril 2019, par Laurent

Les bateaux, la mer, l’histoire industrielle, le rêves de gosses et nous voilà pour certains à construire refaire en plus petit des objets qui nous ont marqués et qui nous inspirent sur le tard.
ʺ La petite Iroise ʺ, (ce fût le nom de ma défunte petite chienne), entre dans ce cadre.

Au départ, la construction d’un moteur à vapeur qui fonctionnait sur l’établi à la perfection, je ne voulais pas n’en faire qu’un bibelot pour la déco, sur ma cheminée.
- C’est un moteur de 1cm3, bicylindre simple effet, réalisé à partir d’un plan qui provient d’une vieille revue ʺ Radio modélisme ʺ N°64, de 1969.

J’entrepris de construire une coque autour du moteur, à partir d’un plan au 1/20 d’un chalutier de 10m des Chantiers de Normandie ; plan récupéré dans une ancienne revue qui a disparue depuis.
- Pour y adapter le moteur, il m’a fallu rallonger ce chalutier de 545mm à 630mm.
L’ensemble moteur et bateau à été fait à partir de récupérations diverses,
De chalutier qu’il était je l’ai personnalisé en caseyeur (péche aux casiers).
Ça lui va bien d’ailleurs.

Après des essais divers dont un dans un parc à huîtres qui ne lui avait pas réussi ; l’eau salée il n’avait pas aimé et le gouvernail s’en était bloqué malgré un rinçage.
Étonnant c’est vrai pour un bateau destiné "pour de vrai ʺ à naviguer en mer.

Lors de notre dernière exposition au Château de Méry, le bassin Royal à bien fait l’affaire et la ʺ Petite Iroise ʺ a pu s’exprimer de façon sympathique qui m’a ravi.
Sur le terrain le bateau à vapeur implique un cérémonial qui n’a pas son pareil pour l’électrique.
A savoir :
Vérifier les outils basiques, remplir la chaudière, remplir le tank à gaz (avec une cartouche de butane), remplir d’huile le graisseur (huile d’olive).
Allumer le brûleur, surveiller la montée en pression, lancer le moteur, stabiliser son fonctionnement, essayer les diverses fonctions : gouvernail, inverseur de marche (de ma fabrication).
Quand tout est en ordre de marche, on se jette à l’eau, enfin le bateau, bien que les deux pourraient bien y aller involontairement, le plan d’eau, comme la mer à marée basse est en dessous du niveau du bord.

Mais ça à marché et notre Président n’a pas eu besoin d’enfiler (difficilement) le wader et sa bouée canard pour aller me récupérer dans les eaux profondes (80cm).

Portfolio

Agenda :